Archives du blog

La Crécerelle par Patrick Moran

C1-La-Crécerelle-731x1024

Editions Mnémos

298 pages

Paru le 12 février 2018

L’acheter ici

 

Quatrième de couv’ :

La Crécerelle a le goût du sang. Mais qui sait pourquoi elle tue ? Pour l’argent, pour le plaisir, ou bien pour servir les puissances de l’outre-monde ?

Femme du Sud dans les terres du Nord, experte des arts magiques dans une contrée qui les méprise, la Crécerelle parcourt les cités-États du désert, semant violence et mort sur son passage. Une question demeure… combien de temps encore pourra-t-elle supporter cette vie d’atrocités ?

C’est justement en cherchant à se libérer de l’entité maléfique qui contrôle sa vie, qu’elle va déclencher une série d’événements d’ampleur cataclysmique. Une spirale infernale dont, cette fois, elle ne pourra pas se sortir seule.

La Crécerelle est un premier roman détonnant, à l’héroïne exceptionnelle et à la mécanique implacable, qui renverse les clichés du genre en proposant un mélange inventif d’action, de mystère et d’horreur.

Patrick Moran est né à Londres en 1981 et a grandi entre la Grande-Bretagne, Hong Kong, la Californie et la France. Universitaire et spécialiste de littérature médiévale, ses recherches portent sur l’imaginaire arthurien, les univers de fiction et l’écriture cyclique.

Mon avis :

Je remercie Nathalie des Editions Mnémos pour m’avoir proposé ce livre dont le résumé m’a de suite beaucoup emballé :

On rencontre la Crécerelle assise au milieu d’un route déserte, rapidement rejointe par 4 voyageurs qui possèdent ce qu’elle attendait patiemment, en deux coups de cuillère à pot, elle tue tout le monde de façon horrible par la seule pensée et récupère le Coeur de Morroch. Cet artefact est, elle l’espère, une monnaie d’échange lui assurant la coopération du Publicain de Shaz-Narim. Pourquoi ?

  • Ça aurait pu être trop facile :

Avec un tel pouvoir, aucun obstacle n’aurait pu se mettre en travers de la route de l’héroïne, aucun combat nécessaire ni même possible si la Crécerelle n’a besoin que de penser à nous tuer pour que nos organes se trouvent à l’air libre. Mais rapidement on se rend compte que ce « pouvoir » la rend esclave d’une créature de l’Outre-Monde et qu’elle cherche un moyen de s’en libérer dans les archives de la bibliothèque de Shaz-Narim. Le rituel trouvé se révèle catastrophique et la tentative de réparation n’a pas arrangé grand chose. C’est donc en compagnie de la seule survivante de la cité qu’elle part vers son prochain havre d’espoir, Zommar, à la recherche d’un savoir détenu par un peuple très ancien.

  • Compliquons donc les choses…un peu trop peut-être ?

La Crécerelle tire donc son pouvoir de l’Outre-Monde mais elle peut également se servir dans plusieurs plans de réalité alternative. On parle de dehors, de dedans, de latéralité, j’avoue avoir eu du mal à m’accrocher avec les explications qui me laissaient plus sur le carreau que sur la voie de la compréhension, c’était un peu (beaucoup) frustrant. C’est ce genre de détail d’ailleurs qui me le fait qualifier de science-fantasy avec tous ces mondes alternatifs comportant différents évènements possibles selon les décisions prises par la Crécerelle, ai-je raison ? Mystère, mais c’est sûr que ce livre est particulier comme on nous l’annonce.

  • Mais il y a aussi des trucs chouettes :

Les personnalités de la Crécerelle et de Mémoire sont plutôt fortes et à force d’être sans cesse ensemble, elles s’influencent beaucoup tels deux vases communicants c’est d’ailleurs une comparaison que fait Mémoire en fin de livre et je suis tout à fait d’accord avec elle. Mémoire qui était une bibliothécaire effacée se retrouve donc à faire des choix stratégiques là où la Crécerelle commence à se poser des questions sur ses méthodes et à atermoyer sur les décisions qui s’imposent. Pendant longtemps la Crécerelle me paraitra antipathique jusqu’à un stade assez avancé où on apprendra sa réelle identité et comment elle est arrivée à servir la créature de l’Outre-Monde, elle parait plus accessible de ce fait et on la comprend mieux.

En bref, une lecture qui pour ma part a été assez partagée comme vous avez pu le voir, les moments un peu trop « métaphysiques » se sont trop souvent succédés et je préférais de loin les tranches de vie des deux jeunes femmes et leur façon de se battre pour leur survie et trouver une solution pour la Crécerelle.

Ce livre fait partie des Pépites de l’imaginaire 2018 lancé par les Indés de l’imaginaire. J’ai donc lu celui-ci, Opération Sabines est dans ma PAL et j’ai vu Grish-Mère sur Emaginaire, je pense me l’offrir bientôt.

Bonne lecture !

Publicités

Le Destin des Initiés, T1 : Mémoires d’une sorcière par Romane Taguchi

le-destin-des-inities,-tome-1---memoires-d-une-sorciere-945778-264-432

Auto-édition

Ebook

Paru en 2017

 

Quatrième de couv’ :

Julie est une jeune Française qui vit à Kyôto depuis son enfance. Elle mène une existence sans histoires entre son travail et ses amis. Mais depuis la mort de sa mère quelques mois auparavant, elle souffre de cauchemars inexpliqués.
Un jour, elle rencontre Jeanne-Marie, une vieille dame sympathique venue visiter la ville. Dès lors, sa vie va prendre un tournant totalement inattendu, et elle va pénétrer dans un univers à la fois fascinant et effrayant dont elle ne soupçonnait même pas l’existence, celui de la magie.
Julie décide de se rendre en France pour lever définitivement le voile qui obscurcissait sa vision depuis toujours. Là-bas, elle tentera de mieux comprendre ses racines afin de mieux faire face à sa nouvelle vie. Elle découvre les pouvoirs dont elle est dotée, ainsi que la vérité sur ses origines, sa mère, son père décédé lorsqu’elle était enfant dans un tragique accident, et le reste de sa famille…
Au Japon et en France, argent, pouvoir, machinations, amours et secrets de famille vous entraînent dans l’univers captivant de la Magie et de Ses représentants : les Initiés.

Lire la suite