Archives du blog

Druide par Olivier Péru

Editions J’ai lu

Collection Fantasy

603 pages

Paru en 2012

Quatrième de couv’ :

Les druides règnent sur une forêt primordiale est sacrée sise au cœur du monde. Détenteurs d’une sagesse millénaire, ils sont les gardiens du Pacte Ancien, dont le respect garantit la paix entre les peuples. Mais un crime de sang d’une violence inouïe met en péril le fragile échiquier politique des royaumes du Nord. Le druide Origan, aidé de ses deux apprentis, ne dispose que de 21 jours, pas un de plus, pour élucider les circonstances du drame, faute de quoi une guerre totale éclatera. Et tandis que le compte à rebours tourne, chaque lune apporte son lot de nouveaux cadavres, l’entraînant toujours plus loin dans l’horreur…

Lire la suite

L’Oeil de Seth par Béatrice Egémar

9782354880583

Editions Gulf Stream

Collection Courants noirs

222 pages

Paru en 2010

Quatrième de couv’ :

Egypte, 1165 av.-J.C. Dans un village du delta du Nil, Sény, un jeune garçon de quatorze ans, se prépare sans enthousiasme à devenir médecin et à succéder à Paser, son père. La visite inattendue d’Imenher, chambellan au palais royal de Pi-Ramsès, vient bouleverser sa vie. Le haut fonctionnaire lui révèle que Paser n’est pas son père. Il l’emmène pour parfaire son éducation et lui promet de lui révéler l’identité de ses parents. Mais très vite le mystère qui accompagne sa naissance s’épaissit. Plusieurs crimes sont commis, qui semblent liés à sa nouvelle existence. Avec l’aide de Néféret, la nièce d’Imenher, Sény prendra tous les risques pour mettre au jour les terribles secrets qui embarrassent l’entourage de Pharaon. Intrigues, complots, empoisonnements… Des eaux troubles des canaux au palais royal, Sény apprendra que les crocodiles et les hippopotames ne sont pas les seuls dangers à éviter lorsqu’on s’intéresse de trop près aux arcanes du pouvoir.

Lire la suite

Assassini, T1 : Lame damnée par J. C. Grimwood

5e90e6671e005e50390d288a3c62b2209d6f451cbc3b8967d29342abd223

Editions Bragelonne

E-book

Paru en 2011

Quatrième de couv’ :

1407. Venise est à son apogée.
Le duc Marco est aux commandes… en théorie, car il est niais et son oncle et sa tante gouvernent à sa place. Ils règnent sur les mers, dictent les lois et semblent tout-puissants. Même s’ils craignent des assassins meilleurs que les leurs…
Une nuit, tout bascule. La cousine du duc, qui devait être mariée de force, est enlevée par des pirates mamelouks. La guerre est inévitable.
Au même moment, Atilo, l’assassin en chef de Marco, tranche la gorge de sa dernière victime. Il s’apprête à rebrousser chemin, mais aperçoit un garçon penché sur le mourant, en train de boire à sa plaie. Il est beau comme un ange, d’une maigreur terrifiante, et la vitesse à laquelle il esquive un poignard et escalade un mur stupéfie Atilo.
Le maître assassin sait qu’il doit à tout prix trouver le garçon. Non pour le tuer, mais pour en faire son apprenti…

Lire la suite

Bad Swimmers, T1 : Le lac des cieux par Geoffrey Bidaut

096b71d075622b0255e50da3251f7765

Editions Rebelle

Collection Thriller

E-book

Paru en 2014

Quatrième de couv’ :

Ils sont six et mènent des vies d’adolescents plutôt banales. Dans les couloirs du lycée du Lac des Cieux, ils s’aiment, se détestent, s’aident, se trahissent… Mais lorsque leur professeur de français, haï de tous, est brutalement assassiné, tous sont suspects. Et chacun a ses raisons pour se mêler de l’enquête : prouver son innocence, en tirer profit, ou tout simplement éviter d’être le prochain cadavre sur la liste…

Lire la suite

L’Archipel des Numinées, T2 : Cytheriae par Charlotte Bousquet

Cytheriae

Editions Mnémos

Collection Icares

288 pages

Paru en 2010

Chronique du T1 : Arachnae

Quatrième de couv’ :

La splendeur de Cribella, capitale lagunaire de Cytheriae, n’est plus qu’un lointain souvenir rongé par l’humidité et la décrépitude. Certains prétendent même que d’effroyables créatures hantent ses canaux nauséabonds… Et voilà qu’aujourd’hui une vague de suicides inexpliqués endeuille le quartier populaire de Métida. Nola, écrivain public, et son amant, Angelo di Larini, sorcier réprouvé de l’Ordre de la Nouvelle Lune, entendent découvrir et combattre les forces à l’œuvre. Leur dernière piste les mène à Malatesta, démon né d’amours contre-nature prisonnier du Dédale. Sera-t-il un allié… ou leur plus implacable ennemi ?

Lire la suite

Oh, my dear ! par T. J. Middleton

9782266244961

Editions Pocket

383 pages

Paru en mai 2013 aux Editions du Cherche Midi

Quatrième de couv’ :

A 50 ans, Al Greenwood n’aspire plus qu’à une chose dans la vie : la tranquillité. Chauffeur de taxi dans un paisible petit village côtier d’Angleterre, rien ne l’empêche de parvenir à son but, si ce n’est son encombrante femme, Audrey. Aussi décide-t-il  un jour de s’en débarrasser. Le scénario est vite trouvé : profitant d’une de ses promenades quotidiennes, il la précipitera du haut d’une falaise.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tout s’est passé comme prévu, ou presque : en rentrant à la maison, Al découvre Audrey tranquillement assise devant la cheminée. Qui a-t-il alors jeté dans le vide ?

Commence pour Al un long cauchemar, dont il est encore loin de soupçonner l’issue. Mais une chose est sûre : sa tranquillité s’éloigne à vue d’oeil…

Mon avis :

Al et Audrey sont dans la phase critique du vieux couple, leur fille unique s’est tirée du village pour vivre l’amour en Australie et donne peu de nouvelles, leur couple est plus que routinier, son entreprise de taxi tient vaille que vaille grâce à quelques habitués, un ancien collègue étant devenu un concurrent coriace. Al est fatigué et veut pouvoir penser à lui, être peinard jusqu’à l’heure de tirer sa révérence.

Pour cela, on peut dire qu’il est radical le pépère, asticotant sa femme un jour de tempête, il sait comment l’amener à la crise de nerf lui faisant claquer la porte direction la falaise, son point  de vue favori. Il sort par derrière pour ne pas être repéré des voisins, un ciré jaune au bord du précipice, il pousse, problème réglé et revient tel un sioux dans son foyer. Quand il tombe nez à minou avec sa femme en chaleur dans le salon, on peut dire qu’il a failli se chier dessus ^^

Voilà pour le ton employé que vous aurez tout le long du bouquin, autant certaines scènes m’ont amusé, autant vanne sur vanne surtout au premier tiers du livre, ça m’a paru un peu lourd mais il y en a moins ensuite ce qui m’a fait mieux apprécier les pointes d’humour, j’ai rigolé surtout à 2 scènes d’anthologie je trouve, la première quand il se trouve chez La Fouine (une voisine) devant une certaine sculpture en chocolat et aussi quand ladite voisine prépare des boulettes de viande très… spéciales ^^

Pour être tranquille on peut dire que c’est raté, entre les quiproquos et la recherche de la vérité, où était sa femme cet après-midi-là ? Autant de questions qui vont le maintenir sur le qui-vive. Un aspect inattendu aura lieu, la flamme se sera rallumée au sein de son couple, Al et Audrey changent tous les 2, ils se redécouvrent une nouvelle jeunesse et s’éclatent bien. Reste une question qui taraude notre tueur amateur…

Qui a-t-il poussé de la falaise ?

Parce que oui, il a bien tué quelqu’un ce jour là, et lorsqu’une disparition est annoncée c’est le coup de tonnerre qui le fait trembler de l’intérieur. Miranda, jeune femme pleine de vie qu’il a vu grandir, qu’il adorait comme sa propre fille, ne donne aucun signe de vie, ses parents sont effondrés. Al cherche à savoir si c’est bien elle qu’il a poussé et tout au long du récit, il va croiser ceux qui l’ont vu les derniers jours et dresser un portrait de Miranda qu’Al n’apprécie pas beaucoup, une autre facette plus sombre qu’il n’avait jamais entr’aperçu.

On s’attache un peu à ce filou, ni tout blanc ni tout noir, sa personnalité change tout de même du tout au tout à la fin quand il doit bien finir par répondre de ses actes et on peut dire que cette fin, elle m’a laissé sur le cul, je ne m’attendais pas à ça mais chut.

Dans l’ensemble ça m’a plus, bon c’est surtout pour le divertissement que je l’ai lu et je m’attendais à rire beaucoup plus, sur ce point, l’humour anglais est un peu lourd pour moi mais il y a de bonnes vacheries tout de même. J’adore la vieille Alice et son stock de Marie Jeanne notamment.

Bonne lecture