Archives du blog

L’anneau de Moebius par Franck Thilliez

ob_226908_l-anneau-de-moebius

Editions Pocket

597 pages

Paru en 2014

 

Quatrième de couv’ :

Pour sa première enquête, Victor Marchal aborde son métier de flic par sa face la plus noire : une ex-star du porno torturée, une mise en scène macabre, et une plongée dans le monde interlope des déviants sexuels et des monstres de la nature.

Depuis toujours, Stéphane Kismet est, quant à lui, hanté par des images prémonitoires mais cette fois elles obéissent à une indéchiffrable et terrifiante logique. Dans ses rêves, Stéphane possède une arme, il est recherché par la police, une petite fille est morte…

Les trajectoires de Victor et Stéphane vont se rejoindre. C’était écrit.

L’un n’a encore rien vu, l’autre ignore qu’il sait déjà tout…

Lire la suite

Publicités

Code 93 par Olivier Norek

514OOhTEJpL._SX210_

Editions Pocket

Audible

Lu par François Montagut

Paru en 2013

 

Quatrième de couv’ :

Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Lire la suite

Satan était un ange par Karine Giebel

518aH8FKJUL

Editions Pocket

Audible

Lu par

Paru en 2014 (A l’origine)

 

Quatrième de couv’ :

Lorsque François apprend que sa tumeur est incurable et qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il monte en voiture et erre sans destination. En chemin, il prend en auto-stop, un autre fuyard, Paul. En quelques jours, les deux hommes apprennent à se connaître et à profiter de la vie.

Lire la suite

Gheritarish par Michel Robert

Editions Pocket

Collection Fantasy

574 pages

Paru en 2011

Quatrième de couv ‘ :

Aux confins du plan primaire, loin des glorieuses cités-franches, s’étendent les Terres de Sang. Une immense étendue aride et sauvage dévastée autrefois par la grande guerre entre la Lumière, les Ténèbres et le Chaos, où se déchaînent parfois des tempêtes de magie meurtrières et incontrôlées. Ici, les races se mélangent. Ici, n’existe qu’une seule loi, celle du plus fort. Certains s’y aventurent en quête vie nouvelle; d’autres, à la recherche de fabuleux trésors que la légende prétend enfouis au cœur des terres encore inexplorées. Voici l’histoire de l’un d’entre eux: Gheritarish, guerrier Loki, mercenaire du Chaos.

Lire la suite

La conjuration primitive par Maxime Chattam

51nxngnci1l-_sx303_bo1204203200_

Editions Pocket

Collection Thriller

537 pages

Paru en 2014

Quatrième de couv’ :

Et si seul le mal pouvait combattre le mal ?

Les enquêteurs les surnomment La Bête et Le Fantôme… Si les meurtres qu’ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signature commune – * e – qui écarte la piste de serial killers isolés ? Les tueurs se connaissent-ils ? Mais bientôt, La Bête et Le Fantôme ne sont plus seuls. Les crimes atroces se multiplient, d’abord en France, puis à travers l’Europe tout entière. La prédation à l’état brut. Une compétition dans l’horreur… Pour tenter d’enrayer cette épidémie, et essayer de comprendre : une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.

Lire la suite

Chambre 507 par J. C. Hutchins et Jordan Weisman

9782266250573

Editions Pocket

407 pages

Paru en 2015

Quatrième de couv’ :

Bienvenue au Brink.

Installé dans les profondeurs d’une vieille mine new-yorkaise, l’hôpital de Brinkvale accueille les criminels les plus déments – trop dangereux pour l’asile, trop déséquilibrés pour la prison, en un mot : irrécupérables.

Jeune thérapeute aux méthodes hétérodoxes, Zach Taylor peut en témoigner. Chargé de déterminer si le nouveau pensionnaire de la chambre 507, suspecté de douze homicides, est apte à être jugé, ce sont toutes ses certitudes qui vacillent soudain. Car malgré sa cécité, Martin Grace semble capable de percer à jour ses peurs les plus enfouies…

De les réveiller…

Et de les déchaîner.

Mon avis :

Un hôpital psychiatrique avec des légendes urbaines qui l’entourent, un tueur en série spécial, un art-thérapeute qui doit le faire parler…ça s’annonçait bien, un petit coup de flip bienvenu après un trop plein de littérature de l’imaginaire…et Flop :

Je m’explique :

Déjà, je voulais un truc bien humain (même si totalement dégueulasse ça ne me dérange pas au contraire), loupé c’est du thriller fantastique (à ma décharge, je n’ai pas relu le synopsis avant d’entamer la lecture ^^) mais j’adore ce style chez Sire Cédric et Graham Masterton donc ça pouvait le faire tout de même…eh non…

Je ne me suis attachée à aucun personnage, même le suspect N°1 n’est pas si inquiétant surtout à la fin dès que Zach commence à détricôter le mystère qui entoure l’identité de Martin Grave, son vrai nom, son ancien métier, son ancienne famille et ce qui le relie aux meurtres etc…tu le prends limite en pitié le pauvre gars et dans un thriller ce n’est pas ce que je veux du tout, je veux un criminel hyper cinglé ou hyper intelligent (ou le combo des deux pour encore plus d’angoisse) (mais non suis gentille tout plein ^^)…

Bref, perte de temps, lu en une journée (bon point quand t’as une grosse PAL), mais j’ai sauté pas mal de phrases descriptives qui ne m’ont pas empêché de piger donc bon…du blabla inutile ??

Tu veux un super thriller fantastique dans un asile ? Je te conseille Démence de Graham Masterton, je te garantie que tu vas flipper ^^

Vous l’avez lu ? Bien pas bien ?

Bonne lecture !

Les Enfants de Húrin par J.R.R. Tolkien

9782266191838

Editions Pocket

277 pages

Paru en 2013

Quatrième de couv’ :

Des milliers d’années avant les événements relatés dans « Le Seigneur des Anneaux », la Terre du Milieu est en proie aux luttes entre Morgoth, le premier Seigneur Ténébreux, et les Elfes, alliés aux Hommes. C’est contre Túrin et Niënor, les enfants de Húrin, que Morgoth lance une terrible malédiction, les contraignant à une vie errante, pour se venger du héros qui a osé le défier.

Túrin, héros humain qui cherche sa place parmi les Elfes et les Hommes dans un monde en guerre, lutte de manière spectaculaire et tragique contre Morgoth, nous faisant découvrir un passé méconnu de la Terre du Milieu.

Mon avis :

Il y a bien longtemps que je n’avais plus lu du Tolkien, après le Seigneurs des anneaux, Bilbo le Hobbit et le Silmarillion (oui j’ai lu l’histoire des Terres du milieu à l’envers ^^), voici venu le temps des Enfants de Húrin (et vlà t’y pas que j’ai la chanson de Casimir dans la tête maintenant pff).

Un petit lexique de prononciation au début du livre bien pratique, de jolies illustrations au milieu du livre et à chaque début de chapitre, voilà pour l’objet, tout petit au demeurant, si on enlève toutes les notes, arbres généalogiques, préface etc le nombre de pages se réduit grandement mais…ça reste du Tolkien ^^

Le récit s’ouvre sur une bataille épique avec Hommes et Elfes contre les Orques, beaucoup de soldats massacrés, des Ténèbres victorieuses et une malédiction sur la lignée de Húrin condamné par Morgoth à vivre pour voir sa famille se déliter. Le héros est donc Túrin, fils de Húrin, pantin de sa destinée qui sème la désolation et la mort partout où il passe avec son désir de combattre les Orques et reconquérir les terres du Dor-Lomin.

Au programme des réjouissances des batailles très nombreuses entre les simples escarmouches aux guerres à plus grande échelle, l’esclavage des peuples conquis, les descriptions de paysages fabuleux et la majesté des Elfes. Même dans un récit court, on en prend plein les mirettes.

J’aime le style de l’auteur, j’ai 2 autres bouquins de sa bibliographie dans ma PAL, ils y passeront certainement cette année, pour le fond par contre c’est du déjà lu, d’ailleurs un livre présenté dans les premiers mois de ce blog ici à la même thématique et final dramatique, donc pas de surprise et il y a dû y avoir d’autres auteurs inspirés par ce thème également. Je ne peux pas expliciter ledit thème sans gâcher la lecture de ceux qui n’auraient pas lu l’un des deux, je reste donc évasive désolée ^^

En bref, moins bien que Bilbo et le Seigneur des anneaux mais lu avec plaisir tout de même ^^

Ce livre compte pour le challenge de la Littérature de l’imaginaire (de la Fantasy en veux-tu en voilà pour les prochains temps, vous êtes prévenus).

8760376

Bonne lecture

L’Agent des ombres, tome 7 : Chiens de guerre par Michel Robert

91Czi22tytL

Editions : Pocket ou (Fleuve noir pour le grand format)

Paru en : Septembre 2014 pour le format poche

Pages : 569

Le héros :

Dans ce monde, il y a plusieurs plans dont les principaux, la Lumière, les Ténèbres et le Chaos, et on peut voyager de l’un à l’autre par des portails de téléportation entre autre.

Nous suivons Cellendhyll de Cortavar, qui vient à l’origine du plan maître de la Lumière, qui se destinait à devenir Lige de l’empereur, trahi par ses compagnons, battu et laissé pour mort. Intervient Morion, prince du Chaos, qui en échange de la vie lui fait jurer de le servir, c’est ainsi que Cellendhyll devient un agent du Chaos, une ombre autrement dit un guerrier d’exception, une arme vivante, qui tôt ou tard consommera sa vengeance.

Dans ce tome :

Cellendhyll se retrouve à végéter à Tygarde, empire de la Lumière, un serment d’allégeance arraché par l’empereur Priam en échange de la vie de sa compagne, Constance. Il n’est que rage bouillonnante, un fauve en cage alors qu’il ne voulait qu’une chose, sa liberté, après avoir servi 10 ans durant le prince du Chaos. Il se sent trahi encore une fois et sa frustration est à son comble.

Vient l’action avec l’évasion de la Prison de l’oubli de Vargh Loken, chef d’une petite section de combattants d’élite, les Chiens de guerre. Son objectif : se venger de la traitrise de Priam et pour ce faire, il va toucher aux bases de l’empire. Dès l’attaque de la banque principale, Cellendhyll le sent, l’adversaire est à sa mesure voire meilleur et il n’aura qu’une hâte, arriver à la confrontation.

Mon avis :

Michel Robert n’a pas son pareil pour offrir des romans hypers visuels, que ce soit dans les décors, les banquets où chaque service est minutieusement détaillé (et nous met l’eau à la bouche, j’avais envie de tout goûter), les vins minutieusement décrits dans les sensations éprouvées (Cellendhyll est amateur de bons crus dans ces moments de détente), jusqu’aux scènes de combat tellement riches qu’on prend des cours d’arts martiaux ni plus ni moins, limite on pourrait les reproduire (déconseillé tout de même).

Comme d’habitude, j’ai adoré suivre Cellendhyll dans ses aventures et vu la fin pleine d’interrogations sur ses parents et leur fin plus tragique que ce qu’on avait bien voulu lui dire, le tome 8 promet d’avoir encore un bon rythme dans l’action.

Bonne lecture